top of page
Dispensaire de Halesi (Népal)
Le Maratika Health Care Center a ouvert ses portes en novembre 2014. Cette structure est essentielle pour la population des environs qui ne disposait d'aucun système de soins réguliers. Médecins et infirmières y travaillent bénévolement. Grâce aux dons, le dispensaire peut prodiguer soins et médications. Il ne reçoit aucune subvention de l'état.

A destination de la population locale, mais également les nombreux pèlerins qui se rendent dans ce village pour visiter le site sacré de Maratika.

La médecine traditionnelle tibétaine y côtoie la médecine occidentale selon les besoins des patients. On y fabrique également les traitements, aux recettes ancestrales, à base d'herbes médicinales locales.

La médecine traditionnelle tibétaine, âgée de plusieurs siècles, tire ses racines de la médecine ayurvédique et de la médecine traditionnelle Chinoise. Elle est dénommée Sowa Rigpa ou Sorig ; combinaison des mots gsor ba, signifiant « s’épanouir » et rigs pa signifiant « connaissance » ou « science », désignant ainsi ce qui convient pour s’épanouir pleinement. Elle vise à équilibrer la santé du corps et de l’esprit.

La médecine traditionnelle tibétaine est toujours pratiquée en Asie centrale, notamment au Ladhak, au Tibet et au Népal et plus particulièrement dans les villages reculés et isolés de l’Himalaya qui ne possèdent aucune structure médicale.

Elle se fonde sur le Gyü Shi, texte de référence, appelé « Les Quatre Tantras de la Médecine », qui contient toutes les connaissances sur le sujet et qui a été retranscrit par Yuthock Yonten au XIIème siècle. Cet ouvrage est encore utilisé de nos jours par les étudiants en médecine traditionnelle tibétaine.

Cette médecine se base sur la cosmologie bouddhiste où toute chose est composée des 5 éléments : espace, vent, feu, eau et terre symbolisant le vide, le mouvement, la chaleur, le liquide et le solide.

L’amchi, le médecin qui pratique la médecine traditionnelle tibétaine, examine l’équilibre du corps à travers les cinq éléments et diagnostique la typologie d’une personne en fonction des trois humeurs : Lung, Tripa, Bekhan, (Vent, Bile et Flegme).

Il examine son patient sans matériel médical autre que sa connaissance et ses sens :

- l’examen du pouls qui renvoie à différents organes,

- l’examen visuel du patient (yeux, peau, oreilles, langue, urine, etc…),

- l’examen de l’oreille externe pour les enfants,

- les questions au patient.

Ses méthodes de soins sont :

  • des pilules à base de plantes (jusqu'à deux mille types de plantes et cinquante minéraux), des poudres et des décoctions,

  • Des massages énergétiques et autres thérapies externes,

  • Des conseils alimentaires,

  • Des conseils comportementaux (prévention et hygiène de vie).

 

C’est une médecine de prévention dans laquelle l’hygiène de vie tient une place prépondérante, notamment l’équilibre dans le choix des aliments, les horaires de repas, des exercices physiques adaptés (souvent des yogas particuliers) …

La Médecine traditionnelle Tibétaine Sowa Rigpa est pratiquée dans les hôpitaux en complémentarité avec la médecine occidentale.

 

L’amchi rappelle que le but de la vie est d’être heureux. La médecine traditionnelle tibétaine permet donc à chacun de devenir plus attentif à la façon dont ses pensées et ses comportements influent sur sa santé et son bonheur.

La qualité de la relation des médecins tibétains avec leurs patients est largement louée. Le principe de compassion étant fondamental au Bouddhisme, il est un des préceptes clef de cette médecine que l’on retrouve au travers des 11 vœux des amchis.

bottom of page